Théorie naïve
Théorie naïve

Théorie naïve c’est d’abord la donnée d’un certain nombre de phrases.
  • Toujours questionner
    avec des critiques argumentées.
  • Toujours répondre
    avec des propositions constructives.
  • Toujours faire face
    aux évidences de la nécessitée pratique.
Phrases écrites en langage ordinaire, natif, qui vient des - grands-parents - des grands-parents de tout un chacun, parmi tout un chacun, en tout lieu, en tout temps, sur le légitime territoire numérique de la République base-mère de la Future :
  • Complète nouvelle nation Concrète.
Phrases, d'un même langage mais pas encore clos par la déduction, proposant l’existence d'un contexte permettant la construction commune, sur Internet, de théories sur la transformation digitale (c'est-à-dire numérique des smartphones) facilitant, autour de soi, le recouvrement avec passage, des deux parties d'un peuple, à l'intelligence digitale cognitive opportuniste sur l'institutionnel territoire national, autour de soi comme en soi - L'ère cognitive : prochaine étape après la transformation digitale, n'est que l'en soi.


Phrases
ayant un sens :
  • syntaxe & sémantique ;
pour l’auteur de la théorie.

La théorie naïve, est prise pour vraie, par l’auteur de la théorie.

L'auteur sait qu'il faut toujours remonter aux premières conventions.
L'auteur facilite l'intuition
pour faciliter la construction d'idées.
L'auteur facilite ainsi les futurs conventions avec les autres.
L'auteur se trouve être :
  • soit une personne morale ;
  • soit une personne physique.
Comme nous instruisons, par les arguments, sur le bienfondé de l'affirmation, ou de l'action, cela entraîne que le sens, d'une proposition, réside dans ce à quoi la proposition fait référence dans notre monde sensible intelligible, esthétique et logique, fait uniquement de perceptions sensorielles qu'humaines sans artifices, en référence à une certaine intuition, de l’auteur.

La donnée, de phrases écrites, se trouve être l’axiomatique de la théorie.

L’auteur développe alors sa théorie en posant des axiomes & des définitions pour en déduire d’autres résultats à partir de ces définitions & cet axiomatique (évidences de la nécessité pratique).

On appel axiomatique d’une théorie tout ensemble de formules, du même langage, dont on peut déduire, comme théorème, toutes les formules appartenant à la théorie & elles seules.

Une théorie est un ensemble de formules, d’un même langage, clos par la déduction (c’est-à-dire dont toutes les déductions logiques, internes à ce langage, ont été tirées).

Nous construisons des mots, des phrases, un langage moderne.
Un langage moderne qui a ses racines dans notre langage ancien.
Notre langue native -- sensible, intelligible -- esthétique et logique.

Nous venons de lire le point de départ d’une logique moderne.
Un langage logique commence à être construit sur la base de l’ancien, avec respect.

Nous allons considérer toutes les possibilités offertes par les règles du jeu de construction de ce langage, en construction publique, en science moderne & naturelle.

Mais, le jeu qui consiste à construire un langage n’est pas sans conséquence.

Le jeu se justifie, suite à une découverte, par le fait qu’il est adéquat (bon) pour apprendre à représenter (exprimer) certaines situations qui se rencontre, pour tout un chacun, parmi tout un chacun, en tout lieu, en tout temps, dans le domaine réel en science moderne, l’expérience moderne publique :
  • du territoire numérique
    en immersion haptique
    digitale cognitive opportuniste
    dite encore,
    digitale organique digitale (DoD)
Tout(e) philosophe d'action citoyen(ne) peut faire l’étude critique de toute hypothèse sur le voisinage dual (naturel & artificiel) que nous étudions.

Nous devons établir & maintenir une correspondance
entre :
  • un formalisme littéraire & symbolique ;
et
  • des données d’expériences, d’observations & interprétations.
A présent, distinguons deux situations.

Un modèle, d’une théorie, sera ici l'observation d'une situation
type :
  • expérience du terrain, in vivo, in silico, … ;
situation dans laquelle on entend que tous les énoncés, de la théorie, sont satisfaits.

« Quand on voit ce qu'on voit,
que l'on entend
ce qu'on entend
et que l'on sait
ce que qu'on sait,
on a raison de penser
ce qu'on pense.
Citation de Pierre Dac »

Une réalisation, d’un langage, est une situation
type : passive/active ; type :
  • œuvre de pensées
    intuitive en soi,
    créative autour de soi ;
que ce langage, de soi, mit en œuvre par soi,
peut entièrement décrire, pour soi
pour faciliter construction, convention, lois, en soi & autour de soi.

Il s’agit de réaliser une composition numérique, au moyen du langage, sur le domaine réel étudié.

Cette notion, un peu valgus, de situation naturelle & artificielle doit être précisée...

L’œuvre de
Benjamin Matalon (1930-2014)
Professeur de psychologie sociale,
Université Paris VIII, directeur d'études à l'EHESS, chercheur au CNRS (UA 895, Groupe d'études et de recherches sur la science) se trouve être une de nos sources de connaissances scientifiques.

Le Cours de psychologie, tome 2 :
Bases, méthodes,
épistémologie
(Psycho Sup) de : Rodolphe Ghiglione.
Catégorie: Dictionnaires et encyclopédies ;
sera notre principale source.

Théorie de la psychologie II

Cours 4

Épistémologie des sciences humaines

Introduction

1 - Le champs de l’épistémologie.

Champs des concepts
Champs des données
(d'expériences)

Ce cours 4 aurait pu s'intituler :

Épistémologie pour le sciences humaines

Nous aurions ainsi marqué notre intention de traiter de la psychologie,
et plus largement des sciences humaines, comme de sciences à part entière, qui partagent, avec les autres activités reconnues comme telles, un certain nombre de propriétés caractéristiques, ou bien au minimum d'intentions, comme produire des connaissances objectivement fondées, donc d'avoir le souci de la preuve.

2 - Épistémologie
&
sociologie
de la science

On a là :
  • histoire des valeurs ;
  • sociologie de l'entreprise ;
  • logique du quant à soi ;
Traditionnellement, ces défis relèvent de l'épistémologie,
partie de la philosophie définit ainsi :
« étude critique des sciences
destinées à déterminer :
  • origine (logique) ;
  • base (conceptuelle) ;
  • valeur (clarté & adéquation scientifique) ;
  • portée (particulière, commune, générale) ».
Mais, la seule dimension épistémologique (de la base conceptuelle) ne suffit pas, les thèmes & les interrogations que nous avons formulés exigent que nous abordions aussi de nombreux défis qui ne relèvent pas de la pure réflexion, mais relèvent d'une étude empirique, comme de savoir :
  • comment se déroule, en fait, le processus qui produit les connaissances scientifiques ;
  • comment fonctionne une communauté scientifique ;
  • comment raisonnent, en pratique, les chercheurs, dans leur activité professionnelle.
Comme la seule dimension épistémologique de l'incomplète base conceptuelle, base ayant pour origine l'œil du psychologue, doit être augmentée de la dimension sociologique.

3 - Qu'est-ce
que la science?

Puisqu'il sera ici toujours question de science, il serait normal de commencer par en proposer une définition.

En science,
toute connaissance scientifique
est fondée sur
l'expérience scientifique.
Expérience scientifique
est la seule juge
de la vérité scientifique.

Si la philosophie est :
« connaissance commune (peu profonde)
des causes dernières & premiers principes »

Alors la science est :
« connaissance générale & approfondie,
des chaînes causales des effets
et
des algorithmes de résolution avec
principes, procédés, méthode, formule »

4 . Le rationnel & le social

La notion :
  • preuve publique ;
est centrale.

La jonction de ces deux vocables montre que la preuve publique est à l'interface du logique, ou bien, si l'on préfère :
  • du rationnel & du social.
Le sociologue se trouve être un législateur qui s'ignore trop souvent.


Machiavel Rousseau

Machiavel peut affirmer,
  1. grâce à mon bio-pouvoir
  2. je peux faire respecter mon bio-droit
  3. qui émane de ma bioéthique.
Rousseau peut réfuter,
  1. grâce à ma bioéthique
  2. je peux faire mon bio-droit
  3. pour légitimer mon bio-pouvoir.
Voilà l'adéquate biopolitique animale civilisée réelle.


La guerre digitale cognitive est la continuation
de la biopolitique par d’autres moyens.
« duale » philosophie
« politique & bio politique »
autour de soi comme en soi
 
Une médecine pour demain -
L'homme électromagnétique
 
Nombre de visiteurs 185024 visiteurs
Ce site web a été créé gratuitement avec Ma-page.fr. Tu veux aussi ton propre site web ?
S'inscrire gratuitement