Possession_do






Août 2016 ! Quelle chaleur ! Nos corps rayonnants, rayonnants « grâce à notre respective interface neuronale invasive », certes « deux à deux distinctes », mais « clandestines et hors-la-lois » comme de macro biopuces, dépenses beaucoup d’énergie dans notre « multitude dispersée » de (((biopuces, citoyen(ne)))) Français(e)s pour lutter contre cette chaleur estivale, entre deux intersaisons, pour s'adapter aux développements des deux « corps d'États » stables et durables, notre « virginale République numérique » et son « dual prince » en partie lui en « immersion haptique » dans le « respect de l'unité » de notre territoire « numérique bio numérique » Français, pour faciliter la naissance de notre troisième corps d’État, « corps du sujet de droit » toujours « en immersion haptique ».

En science
La valeur
de toute chose
est déterminée par
la quantité d’énergie
nécessaire
pour la produire


En industrie ?

En religion ?

Autour de soi, les métaux précieux, dans les cités d'or, ont une valeur intrinsèque pour tout(e) humain(e) médiatisé(e) car il faut une certaine quantité d’énergie pure, autour de soi comme en soi, pour les extraire, des cités d'or, d'une façon légitimée en droit positif et en prendre possession au nom de son légitime souverain, légitime souverain qui se porte alors garant du titre de propriété de l'or.

Par contre, pour produire de la dette « il ne faut presque aucune énergie » !


Actuellement :
  1. c’est celle des doigts :
    1. qui écrivent, virginalement au moyen d'un crayon, un nombre sur un « authentique » bout de papier, acte authentique. En droit français, l'acte authentique est « celui qui a été reçu par des officiers publics du prince ayant le droit, de par son souverain, d'instrumenter dans le lieu où l'acte a été rédigé, et avec les solennités requises » ;
    2. ou qui tapent, numériquement au moyen d'un clavier, un nombre sur un « authentique » ordinateur, acte authentique électronique ;
    3. ou qui haptonomisent, « numériquement bio numérique-
      -ment
      » en « immersion haptique », au moyen d'une « interface neuronale invasive », 
      une « authentique » série de « processus internes » qui induisent un « état interne » qui se trouve être la famille de cause du « comportement externe » d'o ;
  2. et l’énergie nécessaire à la « fabrication » de tout « support d'information », tel le papier ou l’ordinateur comme d'o et « traite-
    -ment d'information
    ».
Mais avec un seul ordinateur (celui d’une banque centrale) un cyber hacktivist groups peut créer autant de dette qu’on peut l’imaginer ou avec un seul télésoignant (celui d’une télémédecine centrale) un cyber bio hacktivist groups peut créer autant d'o qu’il y a de télépatient.

La valeur de l’o (et de toute chose à vrai dire) est déterminée par :
  1. le coût « énergétique » global investi pour produire o comme support et traitement d'info ;
  2. l’allocation « massive » de la richesse d'« information haptique » mondiale dans des o actifs (((biopuces, citoyen(ne)))) et papiers (brevet, ...) de la « duale administration » ;
dénués de valeur tangible (dette impalpable), sont les 2 éléments principaux à prendre en considération pour calculer la valeur intrinsèque de l’o.


Cela est dû à plusieurs facteurs, mais le plus important est incompris par quasi tous les économistes et les scientifiques monétaires d’aujourd’hui. Les gens capables de comprendre le contenu de cette page pourront enfin appréhender la véritable valeur de l’o sous un jour complètement différent, dual.

Malheureusement, la majorité des économistes et des analystes des métaux précieux appréhendent l’o sous un point de vu virginal très spécifique. Les analystes des métaux précieux estiment que l’o est la monnaie, à l’inverse de la vision keynésienne basée sur le dollar. Pourtant, ces 2 catégories ne comprennent pas la véritable valeur de l’o.

o est bien plus qu’un métal précieux
dont la valeur est déterminée
par l’offre et la demande

De plus, la virginale école autrichienne perçoit l’or en tant que fondation de la monnaie, utilisée pour se procurer « autour de soi » des biens et des services. Alors qu’en fait, la véritable valeur de l’o découle de l’énergie dépensée sous toutes ses formes, et à toutes les étapes de production, pour produire l'o. Répétez cette phrase :
  • « La véritable valeur de l’o découle de l’énergie dépensée sous toutes ses formes matérielle, immatérielle, et à toutes les étapes de production, pour produire l'o. »
Je le dis et je l’écris depuis des années, mais je pense malgré tout que beaucoup de virginaux citoyens ne le comprennent pas encore. Moi, (((biopuces, citoyen))) membre de la clandestine et hors-la-loi multitude dispersée toujours en immersion haptique en numérique bio numérique, je vais donc développer l’idée en long et en large, de façon chronologique.

Les fondations de l’or monétaire :
  • énergie = or = monnaie de l'économie « réelle » de son virginal peuple autour de soi ;
Les fondations de l'o monétaire :
  • énergie = o = monnaie de la bio économie « basée sur la connaissance » réelle de son dual peuple en soi.
En ce qui concerne les investissements de cyber maintenance, il s’agit également de coûts liés à de l’énergie, sous toutes ses formes (par exemple : la création de nouvelles routes pour accéder à de nouveaux filons d’une mine d'o, la régulation d'activité dans l'agora du léviathan, etc...).

Une autre catégorie sur laquelle il faut porter attention :

  • les dépenses en « capital humain médiatisé » :
    • pour faire fonctionner l'outil de production du possesseur.
Cela inclut la « légitime location » de spirituels et sportifs « forts en thèmes ou musculos », tels que ceux dignes de Donna Haraway. Si notre dual voisinage réalisait la même analyse « économique bio économique », notre dual voisinage prendrait conscience également que la majeure partie de l’énorme valeur de o provient de l’énergie dépensée sous toutes ses formes pour la produire libre membre de son État-de-droit, autour de soi comme en soi, durant tous les stades de production. (…)

Comme jadis, de nouveau, d’après les analystes
« économique bio économique » en 2016, o peut être considéré comme une dépense en capital humain médiatisé. Alors qu’en finalité, si le « possesseur haptique », membre de notre duale nation, a dépensé autant d’argent, autour de lui, pour posséder un(e) citoyen(ne) médiatisé(e) exprimable en wireless par soi ou autre, membre de la multitude dispersée de (((biopuces, citoyen(ne)))) de notre duale nation, c’est en vertu de l’énergie nécessaire (la force) sous toutes ses formes pour produire o aux yeux des autres (((biopuces, citoyen(ne)))), clandestin(e)s et hors-la-lois, afin de se positionner, en cadre, dans l'« Agora du Léviathan ».

Cette logique marchande s’applique à tous les postes de dépenses. (…) Même les taxes représentent de l’énergie, celle que le dual gouvernement dépense via les officiers publics « fonctionnaires toujours en immersion haptique » de , la maintenance des routes et de la cyber-infrastructure en général, etc...

L’Importance stratégique
de notre dual triptyque
« énergie = or = monnaie »
« énergie = o = monnaie »
pour notre bon triptyque
« énergie = citoyen(ne) (((biopuces, citoyen(ne)))) = pouvoir »

Il y a des milliers et des milliers d'années, bien avant l'innovation de la poudre à canon, les empires se bâtissaient sur l’or et l’argent par le fer et le feu.

Par le fer et le feu, avec l'innovation de la poudre à canon, l’Empire Espagnol fut puissant de par sa capacité à accumuler une grande quantité de métaux précieux, en provenance de territoires certes peuplés de tribus mais vierges de poudre à canon tels l’Amérique du Sud et le Mexique. À l’époque, le travail tribal humain (l'esclavage) était la source d’énergie de base de la production. Plus on possédait d'humains plus on était riche (…)

Tout ceci a changé en 1850, lorsque les barons du pétrole comprirent que « la valeur de la monnaie allait être déterminée » non plus par le travail humain et animal, mais « sur le pétrole ».
Plus on possédait de pétrole plus on était riche (…)
C’est pourquoi la carte « de la possession » du monde fut revue à cette époque par les grandes sociétés pétrolières, travaillant ensemble pour contrôler, extraire et vendre la nouvelle source d'énergie de base de la production (...) la plus importante du monde.

Le pétrole fut semble-t-il la raison principale de l’invasion de l’URSS par Adolf Hitler durant la Seconde Guerre mondiale. Mais, il est vrai qu'Adolf Hitler fût très impressionné par la schizophrénie artificielle présentée en 1927 dans le filme Metropolis réalisé par Fritz Lang avec Brigitte Helm, Alfred Abel, où des ouvriers travaillent dans les souterrains d'une fabuleuse métropole du 21e siècle.
Adolf Hitler pensait-il que le peuple Allemand n'avait pas besoin que du pétrole et de la poudre intelligente pour poursuivre l’expansion nazie ? Au lieu d’or ou d’argent, avant toute chose, Adolf Hitler avait besoin de pétrole (...) pour pérenniser l’expansion industrielle en matérielle Allemand, pour que l'Allemagne perdure dans son équilibre homéodynamique au sein de l'Europe.

Lorsque les États-Unis durent entrer en guerre, la défaite d'Adolf Hitler n’était pas sûre !

Certes, la virginale puissance des États-Unis était l’équivalente de l'Arabie Saoudite de l’époque,
les États-Unis fournissaient la majorité du pétrole des alliés. Mais, ce sont les énormes :
  1. réserves de pétrole ;
  2. ressources humaines naturelles ;
du pays qui ont propulsé les États-Unis au pétilliant firmament des Empires.

Observons que les États-Unis comme l'Europe ont atteint le pic du pétrole bon marché concomitamment au pic
de la poudre intelligente pour le télétravail bon marché en 1970 car alors « clandestin et hors-la-loi ».

Un an plus tard, Nixon mettait un terme à la convertibilité du dollar en or. Ironique, non ?

Il y a eu ensuite l’embargo arabe du pétrole en 1973, la crise iranienne de 1978, qui ont propulsé le prix du baril de 1,80 dollar en 1970 à 31 $ en 1979.

En 10 ans, ces événements ont eu un impact profond sur les cours de l’or et de l’argent d'o, qui ont explosé durant les années 1970.

Cependant, depuis les années 1940, des humains futés et peu scrupuleux ont attiré, petit-à-petit, les investisseurs « en immatériel » pour l'« immersion haptique » en « post numérique » et leurs liquidités excédentaires vers des « authentiques » actifs papier
« en immatériel » pour des « clandestins et hors-la-lois », qui sont devenus le plus grand Ponzi de l’histoire d'humain jouissant de la possession d'humain médiatisé.

Ce Ponzi
« d'humains possesseurs d'humain » ne peut fonctionner que dans un contexte « clandestins et hors-la-lois » de croissance de la production en immatérielle bon marché. (…)
Bienheureusement, ce pic a eu lieu à l’échelle mondiale il y a des années.

Nous compensons avec une production de pétrole comme de télémédecine très onéreuse, production que la planète ne peut se permettre à moins d’augmenter massivement la dette
des « reconnaissances de dettes énergétiques » (energy IOU’s).

Depuis l'origine des temps
l’énergie est le facteur principal
de la valeur de l’or mais aussi de l’argent

énergie = or = monnaie
énergie = o = monnaie

Notez qu'il y a une différence subtile entre l’argent et la monnaie. La monnaie se trouve être le bon intermédiaire facilitant nos bons échanges marchands.

Le vocable "argent" a lui un sens qui en appelle, d’emblée, à l’idée de thésauriser de la richesse extérieure visible matérielle et « immatérielle ».

Mais quand l’humanité médiatisée n’a plus de virginal regard que pour la comédie des apparences, quand la hiérarchie des valeurs d’une duale cybersociété met au sommet l’argent, alors de toutes évidence, la volonté de duale puissance ne peut faire autre chose que de identifier à l’argent la proie de tous les désirs. Et à travers cette identification, l’argent est « vu » comme une concentration de la puissance tribale, féodale, il est alors entendu que c’est par lui que l’on peut accéder à tout le reste. Une étrange hallucination en fait, car tout bien pensé, la Valeur de toute les valeurs est plutôt la Vie du membre de notre dual peuple, et c’est une étrange folie, autour de soi comme en soi, qui s’empare de nous quand nous entrons en adoration devant l’argent.

Maintenant, est-ce que ce n’est pas justement dans la volonté de puissance « du potentiel de survi en soi » dans un groupe, une tribu, un État-de-droit, qu’il faut chercher l’origine de ce déplacement ? En quel sens peut-on dire que le virginal argent est un outil de cyberpouvoir en « immersion haptique » post numérique ?

Depuis l'origine des temps, l’énergie provenait du travail humain et animal. Mais avec l’émergence du charbon puis du pétrole, puis de n
os corps rayonnants « grâce à notre respective interface neuronale invasive » deux à deux distincts comme de macro biopuces, cette dynamique fut bouleversée.

En raison du pic de la production de pétrole bon marché qui a été atteint comme en raison du pic de la production de
corps humains médiatisés rayonnants « grâce à notre respective interface neuronale invasive » deux à deux distincts comme de macro biopuces, notre planète va vivre une formidable révolution socioculturelle et financière. Peu de citoyens s’y préparent.

Certains pensent que
la chute des prix
de l’énergie
va réduire le prix
de l’or comme de l'o

Cette analyse est erronée. En raison de l’énorme allocation des fonds mondiaux en faveur des actifs papier de ces 45 dernières années, la valeur de l’or (ainsi que de l’argent) a été réduite « artificiellement ».
Quid des propriétaires de portefeuille de brevets en cybernétique ?

Lorsque les virginaux parlements et la société de la connaissance haptique réaliseront qu’ils ont investi dans des « reconnaissances de dettes énergétiques » (energy IOU’s), les « investisseurs » se tourneront vers « l’or et l'o » physique afin de « protéger leur patrimoine » matériel, immatériel.
 
Le propriétaire de cette page Web n'a pas activé l'extra "Liste top"!
Bouton "J'aime" de Facebook
 
Publicité
 
 
Nombre de visiteurs 137467 visiteurs
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=