Biopuces en tete
Comment placer des biopuces en tête ?

ou

Comment loger une puce dans votre cerveau ?

L'association loi 1901 kernel utilise des extraits des l'articles :

Comment loger une puce dans votre cerveau

Electrophysiologie cognitive :
les mystères de la mémoire
de travail à court terme
enfin élucidés ?


Les transhumains s'emparent des nanotechs


Depuis l'aube des temps, le biopouvoir ne fait qu'imiter le monde du vivant.
Les poisons des bushmen imitent ceux des serpents.

Les premiers parasites sont les virus. Il existe de nombreux cas de parasitisme où l'intrus se loge dans le cerveau ou le système nerveux en modifiant leur comportement.

La biologie synthétique, des industries pharmaceutiques, prolongent, avec plus ou moins de bonheur, les pharmacopées naturelles.

Pourquoi la NSF, puissante institution américaine qui emploie 1 360 personnes, confie-t-elle sa stratégie technologique à un spécialiste des phénomènes de manipulation mentale et d'adhésion des foules ?

Serait-ce pour mieux anticiper d'éventuelles contestations de la société civile ?

On ne peut l'exclure tant on constate l'implication de chercheurs en sciences humaines, gouvernance, technique, dans la promotion des technosciences, plus particulièrement des sciences cognitives pour les kernels.

Patricia Churchland avec la neurophilosophie forgée autour du co-découvreur de la structure de l'ADN, Francis Crick, l'historienne Donna Haraway et son « cyborg manifesto » pour la « réinvention de la nature » ou encore l'économiste Robin Hanson, entendent abolir les frontières entre : vivant - inerte, entre : machine - humain, entre : masculin - féminin, et proclament qu'il faut construire des "corps nouveaux" pour une "vie nouvelle".

Un kernel des nanomondes éveil votre attention sur un fait évident.
Il est de l'intérêt de tous que les forces de l’ordre, nous renseignent sur leurs Systèmes d'Actions Concrets (SAC) de la nuit sécuritaire de la nanosanté en psychiatrie pour lutter contre l'abus de
pouvoir qu’offrent les propriétaires des Empires Cybernétiques en concervant la fracture numérique web symbiotique comme le tribalisme web 4.0 sous les prétextes fallacieux :

- principe de réserve ;
- devoir de sauvegarde citoyenne.

Notre désire est de participer à toute action allant dans ce but.

Abolir les frontières entre : masculin - féminin ; proclamer qu'il faut construire des "corps nouveaux" pour une "vie nouvelle" [ implique une information claire, sans ambiguïté, comprise par tous ].

Ce mouvement (monarchiste ?) apparaît comme le développement logique des thèses cybernétiques pour lesquelles le réel (sans bioingénierie) et le virtuelle (avec bioingénierie) se confondent par la réduction successive des choses physiques (la lune) puis biologiques (la molécule d'eau) à des principes naturel informationnel (joule ; bit).

Tout forme d'organisation
résulte de l'expression
d'une énergie cohérente

[ Pour un gay, abolir les frontières entre : masculin - féminin est, parait-il, fort agréable. Mais, pour un hétérosexuel, c'est un viol ].

Pensez aux
lëon noël du Corps Médical.

Beaucoup de parasites fonctionnent dans un système d'hôtes successifs.

Les "LabOnChip", extensions beaucoup plus sophistiquées des "RFID" des "Radio Frequency Identification Devices", peuvent constituer la version technologique du parasitisme.

On sait déjà que la bioélectronique, beaucoup plus avancées qu'un vain peuple ne pourrait le penser, permet d'en produire ayant une taille de 100 µm de diamètre, c'est à dire : 0,1mm : plus fin qu'un billet de banque.

Plus fin que du papier à cigarette.

La société Gilette avait projeté d'implanter de tels biomarqueurs sur ses rasoirs. Mais la levée de boucliers des associations de consommateurs américains a fait avorter le projet.

Ca n'est que parti remise.

Pour l'industrie vestimentaires ces biopuces peuvent être logées...dans les fils du tissu...La technique est déjà au point comme a été expérimentée avec succès. Il suffira simplement que les gens s'habituent à cette idée.

Il reste le saut conceptuel majeur :

accepter que les biopuces puissent être intégrée dans le corps des individus vierges de biopuces pour en faire des couples (biopuces ; citoyen).

Partout les capitalistes vantent les mérites d'une telle solution.

Données médicales, marquage des délinquants sexuels, des individus "considérés" comme dangereux.

Puis, un jour, marquage tout court.

Comme disait quelqu'un un jour :

pourquoi refuser ces biopuces, si vous n'avez rien à cacher ?

Il a été déjà évoqué un système permettant d'implanter des biopuces par dizaines ou centaines de millions chez des êtres humains, via une vaste opération de vaccination.

Ainsi les êtres humains viendraient, d'eux-mêmes, se faire équiper, d'un gilet cybernétique, à leur insu.
Pour n'être que des Bêta qu'antennes ?

N'est-ce pas une merveilleuse solution capitaliste, sans brutalité ni contrainte ? Un fait accompli ? La solution répond-t-elle aux besoins, aux envies comme respecte-t-elle l'équilibre comme le développement personnel de tout un chacun, parmi tout un chacun ?

Mais, comment faire pour que ces biopuces viennent se loger là où elles pourraient rendre les plus grands services : dans votre cerveau comme dans vos nerfs ?

Doit-on imaginer un système sophistiqué qui puisse les acheminer dans nos encéphales ?


« duale » philosophie « politique bio politique » autour de soi comme en soi
 
Aucun lien qui ait déjà envoyé plus d'un visiteur à cette page web n'a encore été enregistré!

Ton lien doit-il s'afficher ici?
Il te suffit de t'inscrire ici:
=> Vers l'inscription
Un kernel des nanomondes
 
Publicité
 
 
Nombre de visiteurs 140893 visiteurs
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=